AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Coucou ! Le forum va sur ses trois mois de vie
N'hésite pas à nous rejoindre et si tu as des questions, il y a la "zone invités" qui t'attend !
Partagez | 
 

 Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 177
Inscrit le : 14/06/2017
Crédits : insuline
Célébrité : Natalie Portman
Multi-comptes : /

Elissandre
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Lun 19 Juin - 0:45

Et cependant quelque chose rayonne en silence
Callaan & Elissandre
J'ai toujours aimé le désert. On s'assoit sur une dune de sable. On ne voit rien. On n'entend rien. Et cependant quelque chose rayonne en silence... ▬ ANTOINE DE SAINT-EXUPERY

Mois 1 de l'an 148.

Il était très tôt ce matin et il ne faisait pas encore trop étouffant, c’était le meilleur moment pour se mettre en route. Elissandre n’avait pas de mission pour l’instant et elle avait décidé de se rendre jusqu’à Galene afin de profiter de l’eau et des paysages, elle appréciait beaucoup ces lieux et s’y rendait régulièrement lorsqu’elle en avait le temps. Il lui faudrait deux jours pour s’y rendre, elle avait donc préparé de quoi tenir jusque là ne sachant pas non plus si elle ferait de longues pauses près d’oasis ou à l’entrée du territoire Pankara, mieux valait donc prévoir. Terminant d’harnacher Tera, sa belle jument baie, elle était prête à partir.


La jeune femme mit le pied à l’étrier et entama alors son chemin vers les terres du clan voisin. Il lui faudrait un jour entier avant d’arriver à la « frontière », elle connaissait parfaitement le désert à force de l’avoir traversé et d’y avoir passé du temps en entraînement de survie, et bien qu’il change à chaque fois, son instinct lui permettait de toujours trouver son chemin. Afin de ne pas surmener sa monture, elle avait prévu de progresser au pas, le sable est un terrain très dangereux et contraignant pour les articulations des équidés et elle ne désirait surtout pas écourter ses années en compagnie de l’animal. Elissandre était perdue dans ses pensées, les Sengolis venaient d’entrer dans l’Alliance, elle se souvenait de missions qu’elle avait du remplir en se rendant chez eux, espionnant, écoutant, faisant parler ceux qui ne savent jamais se taire. Et désormais, Skylar devenant chef, ils unissaient leurs forces à celles des autres clans faisant déjà partie de l’Alliance. La jeune femme trouvait que c’était une bonne chose, les présages n’étaient pas très bons en ce moment et mieux valait prévoir qu’un jour ou l’autre, des clans dont ils ne connaissaient pas encore l’existence, décideraient de venir leur prendre leurs terres et la guerre serait déclarée. Un soupir s’échappa d’entre ses lèvres, Tera émit, quant à elle, un petit bruit, comme pour compatir avec Eli’, ce qui lui rendit le sourire, heureusement qu’elle faisait partie de sa vie cette grosse bestiole majestueuse.

Soudain, après deux-trois heures de route, quelque chose la fit sortir de ses pensées, son visage se ferma et elle plissa les yeux mais sa jument semblait également avoir remarqué une silhouette — ou plutôt deux - au loin, à l’oasis la plus proche de Tipaza. Le premier arrêt d’Elissandre était censé se trouver là et elle ne pouvait pas ne pas s’y arrêter, la chaleur devenait de moins en moins supportable - bien que cela ne la gêne pas, il fallait abreuver Tera et elle en profiterait pour remplir sa gourde. Il leur restait une bonne trentaine de minutes avant d’arriver à l’oasis et elle avait tout le temps de se demander qui s’y trouvait, mais elle ne savait pas du tout comment elle devait s’apprêter à réagir.

Finalement à quelques centaines de mètres de là, elle put distinguer un cheval ainsi que son propriétaire, sans doute. L’animal était en train de boire et l’homme - car oui, il s’agissait bel et bien d’un homme - semblait se reposer. Elissandre continua sa progression et se mit à une distance raisonnable de l’inconnu, mettant pied à terre et laissant sa jument faire à sa guise, elle le salua tout de même : « Bonjour, il ne me semble pas vous avoir déjà croisé par ici… ». La jeune femme n’avait été ni froide ni chaleureuse, elle avait plutôt parlé sur un ton neutre, ne sachant toujours pas comment réagir face à ce dernier. Elle chercha des yeux un tatouage qui aurait pu lui donner un indice de son clan mais n’arriva pas à en distinguer un, elle espéra, de ce fait, qu’il serait un peu plus bavard mais, elle ne savait pas pourquoi, mais elle sentait qu’il était plutôt quelqu’un de fermé, ou réservé peut-être, elle allait voir par la suite.




© Gasmask

_________________


Dernière édition par Elissandre le Mar 4 Juil - 20:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 292
Inscrit le : 12/06/2017
Célébrité : Viggo Mortensen
Callaan
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Lun 19 Juin - 11:00


Callaan
&&
Elissandre
Et cependant quelque chose rayonne en silence

La chaleur du désert était insupportable, alors même que la mi-journée n’était pas encore passée. Callaan n’avait jamais chevauché seul dans l’étendue sablonneuse, et maintenant qu’il y réfléchissait, il se demandait s’il ne ferait pas mieux de faire demi-tour, et de partir plus au nord, là où la perdition ne signifiait pas la mort. L’air chaud et empli de sable lui avait fouetté le visage dès le lever du soleil, et sa gorge était aussi sèche qu’un morceau d’écorce. Heureusement, il était tombé sur cette oasis comme par miracle. Le soleil n’était pas encore à son zénith, et l’homme se demandait déjà comment serait la chevauchée de l'après-midi. Il avait enlevé la lourde selle de cuir de son compagnon de route, et avait rempli ses gourdes d’eau, puis s’était assis quelques minutes afin de se préparer mentalement au reste de la traversée.

Quand la jeune femme arriva, Callaan fut surpris de voir une simple voyageuse, seule au milieu du désert. Il aurait plutôt attendu une caravane marchande Shisayo. La jeune femme semblait tout à fait à l’aise dans la chaleur ambiante, et l’avait questionné d’un ton qui ne semblait pas effrayé. L’équipement qu’elle transportait et sa confiance suggéraient qu’elle était une guerrière du clan des sables, mieux valait sans doute éviter d’être désagréable avec maintenant que les Sengoli s’étaient alliés aux autres clans. Il lui répondit donc qu’effectivement c’était la première fois qu’il s’aventurait sans guide dans le désert, et qu’il se demandait d’ores et déjà s’il ne regretterait pas cette aventure d’ici peu. « Êtes-vous de la région? Pourriez-vous m’indiquer la route la plus agréable pour me rendre à l’ouest ? J’ai en tête de voir l’étendue d’eau qui s’était jusque l’horizon. »

Si cette femme ne posait pas de question sur ses origines, peut-être se montrerait-elle sympathique envers lui. Callaan appréhendait tout de même le fait de révéler ses origines Sengoli de ce côté de la frontière. Lors de la dernière de ses visites, l’accueil s’était révélé plutôt hostile, les guerriers Shisayo n’avaient pas apprécié le pillage d’une de leur caravane marchande afin de nourrir les troupes stationnées à la frontière.
Andskoti 148

_________________
✠ Callaan ✠

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 177
Inscrit le : 14/06/2017
Crédits : insuline
Célébrité : Natalie Portman
Multi-comptes : /

Elissandre
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Lun 19 Juin - 19:02

Et cependant quelque chose rayonne en silence
Callaan & Elissandre

Mois 1 de l'an 148.

Pendant que l’inconnu lui répondait, elle prit sa gourde qu’elle remplit, sa jument en profitait aussi pour boire un peu. Lorsqu’elle eut bu quelques gorgées d’eau elle se tourna à nouveau vers cet homme qu’elle ne connaissait nullement. D’après ce qu’il disait c’était la première fois qu’il s’aventurait par ici et cela n’étonna pas Elissandre, il semblait avoir du mal à supporter la température, et il n’y avait rien de plus normal. Le désert était rude et il fallait des années de vie dans le coin et des heures d’entraînement de survie avant d’enfin pouvoir s’habituer aux conditions climatiques des lieux. Il arrivait que certains rebroussent chemin, il est souvent plus simple de voyager très tôt ou très tard par ici, les journées étant très chaudes mais les nuit étant elle par contre très froides.

Il vint ensuite lui demander si elle était de la région, il devait sans doute l’avoir deviné, ce n’était pas bien difficile. « Je suis chez moi ici en effet. Et vous, de quelle région êtes-vous? » S’asseyant au bord de l’eau, curieuse, elle reprit pourtant: « Je me rends justement dans ce coin là, nous pouvons, si vous le souhaitez, faire la route ensemble. » Un léger sourire se dessina sur son visage. Bien que la jeune femme ne soit pas toujours des plus tendres, elle n’était pas un monstre et, ne se sentant pas attaquée, elle n’avait aucune raison de se mettre plus en garde que d’habitude. « D’ici, nous sommes à un peu moins de deux jours de route. »

Ce n’était pas la première fois qu’elle aurait fait un bout de voyage avec quelqu’un et cela ne la dérangeait aucunement. Elissandre était plutôt sociable mais appréciait parfois sa solitude.
Plongeant ses yeux dans l’eau, elle partit soudain ailleurs, dans ses pensées, se demandant si, au fond, il ne jouait pas éventuellement la comédie, elle se dit alors qu’elle devait peut-être rester un peu plus sur ses gardes. Sa main glissa le long de son côté droit - qui n’était pas à vue du guerrier, car au vu de son apparence, c’est ce qu’il paraissait être - allant caresser sa dague attachée à sa ceinture. La vérification étant faite, s’il arrivait éventuellement quelque chose, bien qu’il ne lui semblait vraiment pas agressif à première vue et que son ton ne présageait rien de négatif - pour l’instant -, elle serait prête à réagir. Mieux valait pouvoir parer à toute éventualité.




© Gasmask

_________________


Dernière édition par Elissandre le Mar 4 Juil - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 292
Inscrit le : 12/06/2017
Célébrité : Viggo Mortensen
Callaan
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Lun 19 Juin - 19:43


Callaan
&&
Elissandre
Et cependant quelque chose rayonne en silence

Dire la vérité et avouer qu’il était un guerrier Sengoli, qui avait combattu contre le peuple de cette femme, ou mentir et se faire passer pour un Askhadi ? N’être qu’un simple explorateur armé contre les bandits de grand chemin, ou un guerrier fatigué par les batailles ? Aucune de ces réponse ne semblait totalement honnête, ni ne semblait pouvoir lui attirer les faveurs de la jeune femme. Callaan opta donc pour l’honnêteté, et lui répondit : « Je viens de l’est, j’ai combattu avec les Sengoli par le passé, mais je souhaite éviter les conflits. J’ai déjà vu couler bien plus de sang qu’un homme ne peut contenir, et cela ne m’a rien apporté. Aujourd’hui je souhaite la paix, et l’Alliance que nos peuples ont conclu me semble une bonne opportunité en vue de la paix. »

Il fit une légère pause, guettant la moindre réaction que la jeune dame aurait pu avoir, elle semblait attentive à ses propos et n’avait pas tenté de lui bondir dessus au son du mot Sengoli. Durant son discours, il avait tenté de paraître aussi inoffensif et bien intentionné que possible. Un léger sourire avait même déridé son visage en évoquant l’Alliance. Il reprit alors : « Je me nomme Callan, et j’accepte votre proposition, si toutefois vous la maintenez maintenant que je vous ai dit qui j’étais. »

En guise de bonne volonté, Callaan s’était éloigné de son équipement tandis qu’il parlait, seule sa dague à la ceinture ne le quittait jamais. Il avait marché en direction de Vanir, son hongre, qui semblait mieux supporter la chaleur que lui. Il  avait fini sa phrase en démêlant la crinière de la bête, dont la transpiration se faisait sentir sous le manteau de poil. Il admira pour un temps la jument de son interlocutrice qui, à l’image de sa cavalière, ne semblait pas tenir compte de la température alors qu’elle buvait calmement à quelques pas de lui.

La jeune femme s’apprêtait à répondre, et Callaan se surprit à espérer une réponse positive de sa part. Dans sa situation actuelle, une guide lui serait bien plus qu’utile, elle lui serait sans doute nécessaire…
Andskoti 148

_________________
✠ Callaan ✠

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 177
Inscrit le : 14/06/2017
Crédits : insuline
Célébrité : Natalie Portman
Multi-comptes : /

Elissandre
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Dim 25 Juin - 12:46

Et cependant quelque chose rayonne en silence
Callaan & Elissandre

Mois 1 de l'an 148.

L’interlocuteur de la belle Elissandre se montra honnête en avouant qu’il était des Sengoli et qu’il avait donc combattu contre son peuple. C’était un point gagné pour lui, la franchise est quelque chose que la jeune femme apprécie beaucoup et c’est une qualité qu’elle recherche généralement, qui plus est, c’en était devenu son « métier » puisqu’une espionne est censée savoir faire parler quiconque. Qui plus est, l’homme était en faveur de l’Alliance et donc pour la paix, ce qui était également ce que la Shisayo désirait plus que tout, un monde de paix. Après une courte pause il se présenta, « Callaan », elle n’en avait jamais eu d’échos, qu’ils soient positifs ou négatifs. Il accepta sa proposition, ce qui fit, une nouvelle fois, sourire la demoiselle des sables. Il s’éloigna ensuite pour se rapprocher de son cheval. Elle lui répondit alors sur un ton plutôt sympathique désormais; « Mon nom est Elissandre. J’apprécie votre honnêteté et je suis également pour l’Alliance et un avenir de paix. Ma proposition tient donc toujours bien entendu. »

Cela ne faisait pas trop longtemps qu’elle était arrivée à l’oasis et, ses gourdes étant remplies et Tera s’étant suffisamment abreuvée, elles pouvaient déjà repartir, mais n’étant pas pressée elle précisa à son futur compagnon de route; « Vous n’aurez qu’à me dire quand vous serez prêt à repartir, Tera et moi ne sommes pas dans l’empressement, faites donc à votre aise, les conditions dans le désert sont plus supportables en début de journée ou en soirée, à vous de voir. » Elle se releva ensuite pour s’approcher de sa jument qui tourna la tête vers elle, elle semblait avoir un regard toujours bienveillant lorsqu’elle regardait sa propriétaire. Quant à Elissandre, elle ne pouvait s’empêcher d’admirer l’animal qui lui permettait de ne jamais se sentir vraiment seule, au fond, que ferait-elle sans elle? Sans doute peu de choses… Elle passa sa main sur le chanfrein de Tera qui ferma les yeux, profitant du contact et surtout du bienfait de la grattouille et s’appuyant légèrement contre la paume de l’espionne, un soupir d’aise s’échappant de ses lèvres. Eli’, gardant sa main sur la tête de la bête, dirigea à nouveau son regard sur Callaan dans l’attente d’une réponse qui lui permettrait de savoir ce qu’elle avait éventuellement le temps de faire, ou non, avant leur départ vers les terres du clan Pankara. Elle se réjouissait d’ores et déjà de voir l’eau, de s’y baigner et d’y galoper les cheveux au vent, c’était toujours un réel bonheur pour elle, le temps semblait à chaque fois s’arrêter et elle ne pouvait dès lors que profiter de l’instant présent.




© Gasmask

_________________


Dernière édition par Elissandre le Mar 4 Juil - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 292
Inscrit le : 12/06/2017
Célébrité : Viggo Mortensen
Callaan
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Dim 25 Juin - 16:50


Callaan
&&
Elissandre
Et cependant quelque chose rayonne en silence

Callaan sentait que l’air ne se rafraichirait pas avant plusieurs heures, et se demandait s’il valait mieux tenter d’atteindre la prochaine oasis avant de se reposer, ou si cette dernière risquait d'être trop loin, et qu’il serait préférable d’attendre ici pour voyager le soir venu. La vaste étendue d’eau qu’il désirait tant voir devrait lui apporter suffisamment de fraicheur pour se remettre de son périple, et sa curiosité prit le dessus. Il répondit donc à Elissandre qu’il préférerait encore avancer avant que le zénith ne vienne, pour se reposer ensuite, et continuer leur chevauchée au soir. Elle prenait grand soin de sa jument, et l’animal le lui rendait bien, cette sensation se ressentait encore plus que celle qu’il éprouvait pour son propre compagnon. Elles devaient avoir vécu de nombreux moments ensemble.

Le guerrier s’appliqua à essuyer le corps transpirant de son ami, et sentait le regard observateur de la femme alors qu’il enfilait le tapis de selle. Elle pouvait très bien passer outre le fait qu’il soit Sengoli, mais à la moindre maltraitance envers l’animal, Callaan sentait qu’elle pourrait s’embraser. Heureusement, lui aussi était de ceux qui respectaient la vie. Les oiseaux demeurant un symbole pour le peuple Sengoli plus marquant que les autres animaux, cela ne l’empêchait pas de considérer son hongre tout aussi bien. Il enfila ensuite selle et bride, fixa les sacoches aux flancs afin qu’elles ne gênent pas les mouvements de la bête, et continuait sa réflexion quant aux intentions de la jeune femme. Une chose était sûre : elle lui avait donné une bonne première impression jusqu’à présent. Tous les autres clans seraient-ils aussi amicaux après ces dernières années de combats où les Sengoli avaient tenté d’agrandir leurs territoires à leurs détriments ?

Quand l’animal fut prêt pour le voyage, il se retourna pour récupérer les affaires dont il s’était délesté pour se reposer. Il déposa le pourpoint qu’il avait retiré en arrivant à l’arrière de sa selle, car il était devenu bien trop chaud que pour être porté. Il continuerait sa traversée en blouse, un foulard sur les cheveux. Il fixa sa longue épée à l’arrière gauche de sa selle, et se sentit enfin prêt à partir. Ses gourdes étaient réparties dans ses sacoches et à même sa selle afin de disposer d’eau pendant la traversée, et il espérait que celles à l’abri resteraient fraiches. Elissandre murmurait à l’oreille de sa jument quelques mots avant la longue et pénible marche dans le désert, et Callaan donna quelques tapes amicales dans l’encolure de Vanir. Nul besoin de mots pour l’animal habitué depuis longtemps au caractère silencieux de son maître.
Andskoti 148

_________________
✠ Callaan ✠

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 177
Inscrit le : 14/06/2017
Crédits : insuline
Célébrité : Natalie Portman
Multi-comptes : /

Elissandre
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Dim 25 Juin - 23:32

Et cependant quelque chose rayonne en silence
Callaan & Elissandre

Mois 1 de l'an 148.

Toujours proche de sa jument, la réponse qu’elle attendait ne tarda pas, ils allaient donc repartir avant que le soleil n'arrive au zénith et feraient une pause lorsqu’il ferait réellement insupportable. Selon les calculs de la jeune femme, ils pourraient arriver à la prochaine oasis - bien moins conséquente que celle-ci - juste avant l’heure fatidique. Elle vérifia alors le sanglage de sa jument, but une dernière gorgée d’eau afin de remplir sa gourde une dernière fois, l’autre étant encore pleine. Et lorsque tout fut en place, elle mit le pied à l’étrier et se hissa sur Tera, avec autant de douceur que possible.
Callaan, lui était en train de terminer d'équiper son cheval pour pouvoir repartir sur le chemin, elle le laissa faire à son aise et en profita pour caresser sa jument et lui souffler quelques mots à l’oreille. Elle remerciait toujours son équidé avant et après un voyage, si Tera le désirait, elle pouvait tout à fait mettre la jeune femme à terre et s’en aller, rien ne l’obligeait à rester avec elle et Elissandre se sentait redevable et reconnaissante envers sa plus belle rencontre. Elle essayait donc toujours de lui rendre ce qu’elle lui donnait, son amour, sa compréhension, sa présence, et si quelque chose allait mal, elle faisait au mieux pour la soulager et le ferait toujours, perdre cet être serait un désastre pour elle, ce serait perdre sa meilleure amie, sa confidente, finalement le seul être qui comptait réellement dans sa vie. C’était sans doute triste dit comme cela mais c’était on ne peut plus vrai malheureusement, Eli’ n’avait personne dans sa vie, personne qui y soit resté en tous cas, mais à 25 ans on a encore toute la vie devant soi et puis, selon elle, les vrais amis se comptent sur les doigts d’une seule main, et mieux vaut toujours se méfier. On ne souffre que des trahisons des gens les plus proches de nous au final.

Lorsqu’elle remarqua que le Sengoli était fin prêt, elle fit faire demi-tour à sa jument pour emprunter le chemin -invisible bien sûr - vers l’ouest qui les mènerait à la prochaine oasis. Elles firent quelques pas et attendirent ensuite que Callaan et son hongre se joignent à elles, tournant toutes deux la tête vers les intéressés. « Dans cette direction, nous arriverons à un autre point d’eau où nous pourrons faire une étape d’ici quelques heures, ainsi nous nous reposerons tous les quatre avant de reprendre la route lorsque la température sera un peu retombée. » Elle n’attendait pas spécialement de réponse, elle tenait juste à faire savoir vers quoi ils allaient. Elissandre regarda à nouveau devant elle, rien ne se trouvait à l’horizon, on n’y voyait que du sable, du sable et encore du sable. Elle ne sut pas vraiment pourquoi me cela la fit rire, il n’était pas rare de trouver des personnes perdues dans le désert, cet endroit est un vrai tombeau pour ceux qui ne savent comment s’orienter et il arrivait de temps à autre de retrouver, après une tempête de sable, des corps desséchés. Le désert est un vrai danger où il vaut mieux ne pas s’aventurer seul, en tous cas quand on ne le connait pas.

Quand elle vit que Callaan était sur son cheval, prêt à partir également, elle ouvrit la marche en direction de l'ouest. Après de longues minutes de silence, Elissandre interrogea son compagnon de route du jour; « Vous voyagez souvent seul dans des contrées inconnues? » Après tout, quitte à faire le chemin ensemble, autant apprendre, gentiment, à se connaître...



© Gasmask

_________________


Dernière édition par Elissandre le Mar 4 Juil - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 292
Inscrit le : 12/06/2017
Célébrité : Viggo Mortensen
Callaan
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Mar 27 Juin - 21:47


Callaan
&&
Elissandre
Et cependant quelque chose rayonne en silence

Chaud, terriblement chaud et impitoyable. Telle était l’image que Callaan avait gardée de sa dernière visite. Il n’était pas resté longtemps en territoire aride, et comprenait maintenant que celle-ci était bien en dessous de la réalité. Son corps était pesant, plus lourd qu’à l’habitude lui semblait-il, alors qu’il avait certainement perdu du poids tant il transpirait sous ses vêtements ; la sécheresse de l’air ambiant lui gerçait les lèvres et lui faisait plisser les yeux ; les mouvements de son corps qui accompagnait celui de Vanir semblaient gênés dans l’air, comme s’il était dans un bain, comme si la résistance de l’air était plus forte que d’accoutumée. Ces conditions étaient remarquables pour former de bons guerriers, il comprenait maintenant pourquoi les Shisayo étaient si redoutables, leur corps étant habitué à des conditions aussi contraignantes. Quand son regard se tournait vers la jeune femme, il était pris de stupeur à tous les coups. Son front était plus brillant que lorsqu’il l’avait rencontrée à l’oasis, mais elle ne semblait pas éprouver tous les désagréments que Callaan ressentait. Il jalousait sa résistance au climat, et se dit qu’il ferait mieux de revenir dans ces contrées à l’occasion pour s’endurcir, ce qui ferait un entrainement de qualité.

Le temps qu’ils avaient passé à marcher dans la mer de sable lui avait semblé durer des heures, et pourtant il savait qu’ils n’avaient peut-être démarré que depuis une heure. Elissandre s’était tournée vers lui pour lui poser une question, sa voix ne paraissait pas rauque ou affaiblie par la quantité de sable voltigeant régulièrement autour d’eux. « Non, je me suis jusqu’ici appliqué à explorer notre propre territoire et ses frontières, un guerrier Sengoli se promenant dans les territoires de l’alliance se serait sans doute fait décapiter à la première occasion. Je voudrais garder ma tête encore un peu, et explorer le reste du monde maintenant qu’un avenir de paix se profile devant nous. » Son honnêteté envers une étrangère le fit sourire, lui qui était si taiseux d’ordinaire avait réussi à trouver en cette femme une interlocutrice de qualité dont les questions n’étaient pas invasives ni déplacées. Il avait apprécié le fait qu’elle n’ait pas tenté de faire la conversation toute la chevauchée durant, il avait vraiment du mal à garder une conversation pendant plus de quelques répliques, lui-même ne s’intéressant quasiment jamais aux réponses de son vis-à-vis.

Quelques minutes, quelques heures passèrent. Ils s’échangèrent encore quelques phrases pendant que le soleil montait progressivement dans le ciel. Quelques degrés de plus se faisaient ressentir, et le tissu qu’il avait mis sur sa tête pour se protéger glissait régulièrement de son front. Les deux gourdes qui étaient accrochées aux flancs de sa selle s’étaient rapidement vidées, par de nombreuses mais petites gorgées, conseil qu’Elissandre lui avait donné. Il avait entamé sa troisième gourde, qui était restée au frais, façon de parler, dans sa besace, et était vraiment heureux d’avoir pris quatre gourdes avec lui pour ce voyage. Le paysage changeait régulièrement, mais ne restait malgré tout qu’un amas de sable. Les dunes étaient plus hautes à gauches par moments, puis s’affaissaient pour laisser place à des sortes de cratère dans le sol. Ils s’efforçaient de marcher sur les crêtes des dunes quand ils étaient forcés de prendre ce chemin, et ne les attaquaient jamais de face, de même qu’ils ne les longeaient pas. Le sable pouvait sous l’effet du vent provoquer un glissement de terrain et les engloutir vivants lui avait dit Elissandre.

Ses pensées furent interrompues par une forme indistincte se profilant à l’horizon. A cette distance, ç’aurait pu être une ville, un château, une oasis, il était impossible de le deviner, mais sa guide continuant de l’emmener dans cette direction, il devinait que ce devait être leur aire de repos. Ils atteignirent l’oasis assez rapidement, le terrain étant plats aux alentours, et un soupir de soulagement s’échappa des lèvres de Callaan. Ils y aient finalement arrivés. Et dire que la traversées leur prendrait encore la soirée et le lendemain, il y avait de quoi se sentir aussi vide intérieurement que ne l’était le désert.

Callaan mit pied à terre avant même d’être arrivé à proximité de l’eau. Dès qu’ils avaient rejoint l’ombre, il avait dirigé Vanir vers un palmier afin de le délester. Il enleva ainsi tout l’équipement que portait son compagnon, ne se souciant même plus de la jeune femme qui les accompagnait. Ce n’est que lorsque son hongre fut libéré de son fardeau qu’il s’autorisa à se diriger vers la petite étendue d’eau. Comment une étendue de cette taille pouvait-elle subsister par une telle chaleur ? Dans la capitale, Callaan avait déjà vu des bains plus grands.
Andskoti 148

_________________
✠ Callaan ✠

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 177
Inscrit le : 14/06/2017
Crédits : insuline
Célébrité : Natalie Portman
Multi-comptes : /

Elissandre
– clan : shisayo –
clan : shisayo
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Ven 7 Juil - 23:37

Et cependant quelque chose rayonne en silence
Callaan & Elissandre

Mois 1 de l'an 148.

Elissandre avait pour habitude de voyager seule, un peu de compagnie de temps en temps ne lui faisait pas de tort, au contraire, et puis cela faisait également un « ami » à Tera qui appréciait la présence d’autres équidés, après tout, qui sait, peut-être qu'ils se disaient un tas de choses. En ronflotant des naseaux, en se regardant, s’ébrouant… Le langage des animaux est bien plus subtil que celui des humains, bien qu’ils soient eux aussi des animaux, parfois la jeune femme se disait que si la parole n’était pas là, on perdrait moins de temps à se dire des choses futiles et on passerait donc plus de temps à profiter de l’instant et à le vivre tel qu’il devrait l’être. Elle rêvait d’un jour comprendre les êtres, autres que sa propre espèce, peuplant les terres qu’elle visitaient, elle en apprendrait sans doute bien des choses, mais elle ne comprenait qu’en partie sa propre bête, elle pouvait lire dans son regard ce qu’elle ressentait. Ne dit-on pas souvent que les yeux sont le miroir de l’âme? Il n’y a rien de plus vrai lorsque l’on plonge son regard dans celui d’un équidé en tous cas.

La traversée jusqu’à la prochaine oasis se fit dans le calme, peu de paroles, mais des paroles justes et rien de plus que ce qui était nécessaire. Lorsqu’il lui dit qu’il ne s’était, par le passé, pas aventuré ailleurs que sur les terres de son clan afin de ne pas se faire décapiter, elle eut un petit rire, il était vrai qu’il était plus sage, avant l’entrée des Sengoli dans l’Alliance, de ne pas explorer seul les terres des « ennemis ». Dire qu’il y a peu ils se seraient sans doute évités, entre-tués? Personne ne peut le dire mais tout le monde a le droit de s’imaginer n’importe quoi.

Lorsqu’ils purent apercevoir une ombre au loin, Elissandre se tourna vers Callaan qui semblait reprendre vie. En effet, le guerrier ne supportait pas aussi bien la chaleur du désert que la native. Il est clair que d’être habitué à ce genre de climat endurcit et surtout permet de survivre dans presque n’importe quel endroit. Les journées torrides, les nuits glacées, rien de tel comme entraînement. Et la jeune femme en avait bavé mais n’avait jamais rien lâché, ce qui lui valait une endurance à toute épreuve. Mais ça ne fait pas tout pour autant, dommage… A force de voyager dans le coin le Sengoli finirait par s’habituer et subirait moins son sort, c’était un fait certain.

La demoiselle ne regardait pas vraiment où sa jument mettait les pieds, elle lui faisait comprendre du regard - le reste du corps suivant toujours - par où ils se dirigeaient et Tera savait, comme tout bon cheval ayant le pied sûr, à quel endroit elle devait poser chaque sabot, elle avait été à bonne école avec son humaine qui lui avait appris à se gérer elle même. Devoir parfois tirer à l’arc en plein galop n’était pas aisé et elle devait pouvoir avoir une entière confiance en Tera qui avait donc rapidement dû trouver son équilibre.

A quelques mètres de la petite étendue d’eau, elle vit Callaan mettre pied à terre, ce qui la fit sourire. Ce n’est que lorsqu’elles furent au bord de l’eau qu’Elissandre descendit et déharnacha l’animal qui vint la remercier en prenant un léger contact avec elle. « Merci à toi Tera » Puis la jument se mit à boire. La Shisayo prit ses gourdes qu’elle remplit et dont elle but quelques gorgées histoire de se rafraîchir sans exagérer. Elle s’assit ensuite puis, les genoux repliés, s’allongea. « N’hésitez pas à vous reposer quelques heures, je peux vous réveiller lorsque le soleil commencera à redescendre. » Les yeux mi-clos, elle soupira d’aise, la compagnie de cet homme lui était agréable, elle ne se sentait pas en danger et encore moins harcelée contrairement à ce qu’elle avait déjà vécu par le passé, un réel plaisir. Si la fin du voyage se passait aussi bien elle lui proposerait sans doute de remettre le couvert s’il avait à nouveau besoin d’un guide ou simplement de compagnie. « A moins que vous ne vouliez vous entraîner? Mais je doute que cela soit sage à cette heure. » Elle rit légèrement, non pour se moquer, mais ce n’était vraiment pas le moment pour proposer cela, elle y repenserait arrivée à destination s’il n’avait rien à faire dans l’immédiat. Elle ferma complètement les yeux, ils avaient quelques heures devant eux avant de pouvoir reprendre la route sous une température plus acceptable pour ce genre de traversée, autant en profiter pour se reposer un peu à l’ombre des arbres.



© Gasmask

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 292
Inscrit le : 12/06/2017
Célébrité : Viggo Mortensen
Callaan
– clan : sengoli –
clan : sengoli
(#) Re: Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan  Dim 9 Juil - 10:26


Callaan
&&
Elissandre
Et cependant quelque chose rayonne en silence

Après cette première matinée dans le désert, Callaan était exténué. Quand il but de l’eau de l’oasis, il eut à la fois une sensation de douleur, et de bien-être. Le contact de l’eau sur les parois cartonneuses de sa gorge lui donnait l’impression d’avoir mâché des parchemins toute la journée, pour ensuite lui paraitre agréable une fois plus bas dans l’œsophage. Quand il essaya de répondre à Elissandre, sa bouche n’émit qu’un semblant de râle, et il dut boire une nouvelle gorgée afin de pouvoir articuler correctement. Il n’avait pas encore répondu qu’elle enchaina sur une petite blague, du moins c’est ce qu’il pensait. S’entrainer par un temps pareil pour lui revenait à un suicide en bonne et due forme.

Il répondit donc non sans un léger rire qu’il apprécierait un peu de repos avant l’entrainement. Il aimerait sans nul doute croiser le fer avec elle quand il ferait plus frais, la nuit tombée certainement. La jeune femme avait fermé ses paupière et n‘avait pas répondu, mais Callaan vit clairement se dessiner un sourire sur son visage. Qu’il soit le résultat de sa petite moquerie, ou du bonheur de profiter d’un peu d’ombre, il n’aurait su le dire, mais cela lui importait peu.

Il finit d’installer ses affaires et celles de Vanir à l’ombre, les ordonnant afin de se faire un semblant de couchette. Voyant que la femme avait toujours les yeux fermés, il ôta ses vêtements pour les laisser sécher, prit une serviette qu’il posa en bordure de l’eau, et s’avança dans celle-ci. Elle était chaude, il aurait pu se faire un thé sans problème pensa-t-il, mais progressivement, il finit par s’enfoncer dans la mare. Ce n’était certainement pas l’eau la plus propre, mais la sensation de bien-être lui semblait bien plus profitable que le besoin de se sentir propre sur soi.

Il s’allongea, la tête hors de l’eau posée sur sa serviette, qu’il ramena par-dessus son visage pour éviter autant que faire se peut la chaleur ambiante. Malgré tous les défauts qu’il pouvait attribuer au climat ambiant, il se sentait bien, comme si cette oasis était une bulle de calme et que son esprit pouvait s’y reposer, loin des cauchemars des batailles et de l’agitation des villes. Il passa sa main sur la serviette car son oreille le grattait, et ce geste anodin lui fit remarquer que sa dague n’était pas sous sa serviette, il l’avait laissé parmi ses vêtements. Un léger doute se fit ressentir, mais la quiétude du lieu et la confiance peut-être trop vite accordée en cette jeune femme le rassuraient. Il prit une profonde inspiration, et se laissa aller, décontractant ses muscles dans ce cocon de chaleur qui l’enveloppait.
Andskoti 148

_________________
✠ Callaan ✠

Revenir en haut Aller en bas
 
Et cependant quelque chose rayonne en silence - Callaan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Earth and Ashes :: Voyage dans les clans :: Shisayo-
Sauter vers: